Association pour la Valorisation
de la Forêt Privée en Nord-Dauphiné

Fiches Conseils

Le Guide du Sylviculteur, remis à chaque adhérent de VALFOR, contient un ensemble de Fiches Conseils conçues pour vous aider dans la gestion de vos parcelles forestières.
Un exemple de fiche :

Je valorise ma forêt - Planter (Cliquez ici pour lire cette fiche)


Une nouvelle fiche vous sera proposée régulièrement.

Les fiches :

Je valorise ma forêt

Introduction

Avant de voir quels sont les travaux forestiers à entreprendre et comment s'y prendre, il convient de réfléchir aux objectifs qu'on se fixe et au(x) type(s) de sylviculture que l'on choisit.

Choix des essences

Récapitulatif des caractéristiques des différentes essences. Leurs besoins, leurs forces et faiblesses, et leurs valeurs.

Régénération naturelle


Planter


Eclaircie - Arbres d'avenir


Taille de Formation - Elagage


Je vends du bois

Vendre quoi ?


Les différentes façons de vendre


Estimation des bois sur pied

L’achat, la vente d’une forêt ou d’une coupe nécessite une évaluation. Il est intéressant de connaître les opérations de cubage effectuées par le professionnel.

Cubage des bois abattus

Le cubage en France des bois abattus est régi par deux normes AFNOR.

Mes bonnes adresses

Les organismes de la forêt


Mes bonnes adresses


Les fournisseurs de matériels, de plants et de travaux


Les acheteurs


Les experts forestiers


Les correspondants du "Département Santé des Forêts" (DSF)


X

Planter


Pourquoi planter ?

"Les arbres poussent tout seuls"... mais il est parfois utile de planter :
  • pour enrichir une forêt, par exemple avec des feuillus précieux ;
  • larsque la régénération naturelle est insuffisante ;
  • pour réaliser un changement d'orientation de la parcelle, comme une terre agricole...
En préalable, il est indispensable de penser à réserver les plants, à installer des prtections contre le gibier, à demander les autorisations nécessaires, les subventions ou aides éventuelles.

Le Peuplier

Est-il adapté à mon terrain ?
Le peupleier préfère les sols légers, sans excès d'argile, riches en humus ; ils doivent être suffisamment profonds. Le peuplier, exigeant en eau, craint les sols secs en été et supporte une submersion temporaire. Par contre, les soles à eau stagnante proche de la surface, dits "mouilleux", ou trop acides (cas des tourbes), ne lui sont pas favorables.
Des plantes indicatrices des terrains favorables : beaux peupliers ou frênes, Verne (aulnes), Groseiller rouge, Reine des près, Grande Ortie, Angélque sauvage, Gaillet gratteron, Houblon, ou Menthe aquatique.
Planter un cultivar adapté à la situation : se faire conseiller par un technicien forestier (CRPF)( http://www.bariteau.org/varietes.htm. A partir de 2 ha, prévoir plusieurs cultivars.

Préparation du sol
Sur une ancienne prairie : un labour plus ou moins profond est suffisant.
Un drainage du sol par des fossés peut être nécessaire (si moins de 50-60 cm de sol au dessus de la nappe d'eau en saison de végétation).
Après une coupe, les rémanents seront :
  • brûlés : le plus économique mais pas nécessairement le mieux... car perte d'humus ;
  • regroupés sur la ligne des souches si la nouvelle plantation se fait entre ces lignes ;
  • broyés ; les souches seront éventuellement arasées.

Quand planter ?
En général en fin d'hiver : de janvier à mars mais hors période de gel.

Quels plants ?
  • Préférer des plants A1 ou A2 (2,5-3 cm de diamètre à 1m de hauteur).
  • Si ils sont trop longs (A3 : 4-5 cm à 1 m de haut), il peut être préférable de les raccourcir.
  • Eviter les boutures "maison" (dans ce cas, sélectionner des branches vigoureuses et bien verticales) ; ce procédé est interdit avec les plants couverts par une licence.
  • Les conserver en jauge, exposés au Nord.
  • Ne pas les laisser au soleil lors de la plantation (forte sensibilité au dessèchement).

Comment planter ?
  • Généralement à une densité de 200 plants à l'hectare, donc à 7 x 7 mètres (ou de 6 x 6 à 8 x 8 m selon la fertilité du terrain).
  • L'habitude de "doubler la rangée du bord" de la parcelle n'est pas souhaitable : c'est par là qu'arrivera l'acheteur, et puisque ces premières tiges ne seront pas très grosses... il saura le faire remarquer !
  • La profondeur normale de plantation est comprise entre 60 cm et 1 m ; il faut veiller à atteindre le niveau d'étiage de la nappe d'eau.
  • Le trou (pour ameublir la terre) peut être creusé :
    • au tractopelle : 80 x 80 cm, profondeur de 1m, et immédiatement rebouché.
    • à la tarière : 50 à 60 cm de diamètre ; inconvénient : risque de lisser les parois du trou d'où un diffusion rendue plus difficile des racines.
    • à la main (pour quelques plants) ; au moins 60 cm dans chaque dimension.
    • à la plantation avec une barre à mine, dans un sol non ameubli, n'est pas favorable à une bonne reprise et à un bon développement des racines.
Les plants étant toujours des plançons, les munirs de leur protection et les enfonce directement dans la terre ameublie (ou après avoir enfoncé une barre à mine), à une profondeur de 80 cm en moyenne.

Les protections
Les peupliers peuvent être endommagés irrémédiablement par les rongeurs (dégâts au niveau du sol) ou les chevreuils (frottis) ; étant donné la hauteur des plançons, les protection sont placées avant la plantation. Modèle standard : maille renforcée, 1,20 m x 14 cm de diamètre.

Sur la présentation de la facture, la Fédération Départementale des Chasseurs de l'Isère (FDC) verse une subvention pour l'achat de ces protections.

Ensuite...
  • Un traitement à la "bouillie bordelaise" + insecticide (DECIS) peut aider au démarrage.
  • Un apport d'engrais est souhaitable, en mai : 500g d'engrais 15/15/15 en couronne à 50 cm tout autour du plants.
  • Cas des regarnis : à effectuer de la même façon, mais pas au delà de 2-3 ans.






Chargement en cours...





Ok